Un intérêt particulier pour les morts

L’histoire

Londres, 1864. Lizzie Martin accepte un emploi auprès d’une riche veuve dont la précédente dame de compagnie s’est enfuie avec un inconnu. Mais quand le corps de la jeune fille est retrouvé dans le chantier de la gare St Pancras, Lizzie décide de mener sa propre enquête. Elle pourra compter sur l’aide d’un ami d’enfance devenu inspecteur, Benjamin Ross, pour découvrir la vérité sur la mort de cette femme… dont le sort semble étroitement lié au sien.

Un peu de blabla

Je n’aime généralement pas les romans policiers et ils ne m’attirent guère. Mais celui-ci a une jolie couverture et se situe à l’époque victorienne, raisons suffisantes pour l’attraper au passage dans la pile des nouveautés de la bibliothèque où je travaille. La trame est relativement simple : une jeune femme décide d’élucider un meurtre dans le Londres victorien.

La jeune femme en question, c’est Lizzie Martin, jeune campagnarde sans le sous depuis le décès de son père médecin. Celle-ci accepte l’offre d’emploi d’une riche parente éloignée et se retrouve pour la première fois de sa vie dans la capitale londonienne. Seulement, au pays des bonnes manières victoriennes, quelque chose de shocking est arrivé : la précédente gouvernante s’est entichée d’un inconnu et est partie le retrouver en secret quelques mois plus tôt. Evidemment, le jour de l’arrivée de Lizzie, le corps est retrouvé. La jeune femme, d’un naturel curieux, se lance sur les traces de celle qui l’a précédée comme gouvernante.

Lizzie Martin est une jeune femme loin de l’image de la parfaite lady victorienne : fille de médecin, elle se passionne pour les sciences. A 29 ans, elle est encore vieille fille, ce qui ne lui pose aucun problème. Elle a également un sens aigu de la répartie et un sens moral aiguisé, tous deux frôlant parfois l’impertinence . C’est un personnage attachant qui contribue grandement à l’intérêt de ce roman. Toutefois, elle est également douée pour se mettre dans des situations saugrenues courues d’avance, dont se perdre dans le brouillard londonien et tomber sur des hommes peu recommandables ou être prise pour cible par le tueur n’en sont que quelques exemples.

Je regrette le parti pris par Ann  Granger : pour mettre en lumière son héroïne, elle fait parfois passer les hommes de Scotland Yard pour des incapables. Cette étrange relation permet de tisser des liens entre la jeune femme et l’inspecteur Benjamin Ross, connaissance que la jeune femme avait croisé enfant. Gamin destiné à travailler dans les mines de charbon, il a été sauvé par le père de Lizzie qui lui a offert une éducation scolaire.

Un intérêt particulier pour les morts est un roman sympathique, sans être d’une grande originalité. J’ai aimé découvrir le Londres victorien à travers les yeux d’une jeune provinciale et parcourir les grands chantiers de l’époque. Un intérêt particulier pour les morts est le premier tome des séries Inspector Benjamin Ross et Lizzie Martin Mysteries (le titre de la série dépend des éditeurs) qui comptent à ce jour quatre tomes en vo.

Un intérêt particulier pour les morts, Ann  Granger, éditions 10/18 (Grands détectives), 2013

Enregistrer : le permalien.

À propos de Laure

Passionnée par la Faërie et les légendes. Adepte des littératures de l'imaginaire.

Les fées vous recommandent

3 réponses à Un intérêt particulier pour les morts

  1. Ah ça donne bien envie de le découvrir ! Déjà le titre est accrocheur, mais si en plus l’histoire suit, je le note :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

  • Reine de coeur

    Sans commentaire
    ❤❤ Bof
    ❤❤❤ Sympa
    ❤❤❤❤ J’ai aimé
    ❤❤❤❤❤ J’ai adoré
    ❤❤❤❤❤❤ Coup de coeur

  • Tout le monde est fou

  • Dans le terrier du lapin

  • Otez votre chapeau