Simulacron 3

Je ne suis pas particulièrement fan de science-fiction ( dixit la fille qui vénère Doctor Who, ne rate aucun épisode et se les regarde plusieurs fois jusqu’à en connaître la moindre réplique par coeur, mais passons), je n’en lis presque jamais, pour ne pas dire jamais, mais comme j’avais lu d’excellent échos sur Simulacron 3, j’ai voulu tenter et je me suis jetée à l’eau.

Douglas Hall travaille sur Simulacron 3, une grosse machine simulatrice d’environnement total. En gros dans la machine, il y a des gens qui vivent une vie tout à fait normale sans se douter une seule seconde qu’ils n’existent pas vraiment et que leurs vies, leurs travailles, leurs familles ont été inventés par une bande d’ingénieurs. Mais voilà que le génial inventeur de ce petit joujou meurt dans un accident, ce qui va déclencher pour notre petit héros Douglas Hall une chaîne d’événements de plus en plus bizarres : visions, personnes qui disparaissent sans laisser de trace et j’en passe. Il n’a pour seul indice qu’un dessin laissé par son mentor avant de mourir, dessin ayant lui-même disparu quelques minutes après sa découverte.

J’ai été quelques peu sceptique au début de ma lecture: ça débute avec pleins de mots étranges tels que plate-forme-anti-G, réaco, simulectronique et je devais être en mode screugneugneu, pis il faisait très chaud aussi parce que j’y comprenais rien, le brouillard complet. J’ai quand même continué parce que je me suis dit qu’il y a bien un moment où je finirai par comprendre quelque chose et qu’on ne peut pas lire autant de trucs positifs sur un livre sans raison. J’ai donc persisté, persisté et … je me suis retrouvée à 4 heures du matin la dernière page en main, tellement prise par ma lecture que je n’ai pas vu le temps passer.

Une fois les premières pages passées, l’histoire, bien qu’ écrite en 1964, se révèle d’une très grande fluidité, je me suis totalement laissée prendre par la recherche de la vérité de Douglas Hall où les événements s’enchaînent sans aucun temps mort. Cet homme est-il totalement fou, s’imagine-t-il toute cette histoire ou est-il en train de démanteler le plus grand subterfuge que l’humanité n’ait jamais connue? Daniel-Francis Galouye signe un roman d’une très grande richesse où la recherche de la vérité s’entremêle avec les doutes et la recherche de soi de Douglas Hall, devenu malgré lui héros d’une quête qui va définir l’avenir d’un monde .

Simulacron 3, Daniel-Francis Galouye, Editions Gallimard Folio SF, 2010

Enregistrer : le permalien.

À propos de Laure

Passionnée par la Faërie et les légendes. Adepte des littératures de l'imaginaire.

Les fées vous recommandent

2 réponses à Simulacron 3

  1. Mon billet est programmé pour dans quelques jours : comme toi, j’ai eu du plaisir à lire ce livre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

  • Reine de coeur

    Sans commentaire
    ❤❤ Bof
    ❤❤❤ Sympa
    ❤❤❤❤ J’ai aimé
    ❤❤❤❤❤ J’ai adoré
    ❤❤❤❤❤❤ Coup de coeur

  • Tout le monde est fou

  • Dans le terrier du lapin

  • Otez votre chapeau