Petites questions à … Rozenn Illiano (2)

Rozenn, ici on connaît bien – le thème que tu admires à chaque passage ici, c’est elle. Illustratrice, auteur, créatrice de bijoux et autres jolies choses, la Belle Dame d’Unseelie nous parle de la prochaine sortie de son recueil de nouvelles, le Rêve du Prunellier, dont vous pouvez télécharger gratuitement un extrait ici.

Peux-tu te présenter pour ceux qui ne te connaissent pas encore ?
Donc Rozenn, 28 ans, bretonne, illustratrice, auteur et taulière d’une petite boutique sur le net qui s’apelle Unseelie.fr.

Je t’ai interviewée la première fois en 2009 (http://autrecotedumiroir.net/petites-questions-rozenn) … qu’est-ce qui a changé dans ton travail et ton univers en quatre ans ?
Hum… je suis plus près de la trentaine, maintenant ! Plus sérieusement, ce qui a le plus changé, c’est mon boulot : je suis passée de l’illustration traditionnelle à l’illustration numérique. J’ai troqué mes crayons et mes pinceaux pour une tablette numérique… depuis, j’ai appris énormément, je pense avoir pas mal évolué… et j’ai fait mes premiers travaux professionnels : quelques couvertures de roman, surtout, ce qui était le but que je voulais atteindre déjà à l’époque ! J’ai également ouvert ma boutique en ligne, dans laquelle je vends des bijoux faits-main et des illustrations, sous la forme de tirages ou de livres.

Le Rêve du Prunellier va paraître le 19 janvier, peux-tu nous en parler ?
Le Rêve du Prunellier est un projet très personnel que j’ai commencé il y a pas mal d’années maintenant. Il s’agissait, au tout début, de réaliser un livre d’illustrations qui se situe dans mon monde d’hiver, mais la réalité du milieu de l’édition m’a montrée que cela n’allait pas être possible (les livres d’illustrations se font de plus en plus rares). Il y a eu pas mal d’hésitations, de tatonnements, et puis à un moment, je me dis ‘et puis zut, fais ce que tu veux’, et je me suis lancée. J’ai écrit les nouvelles petit à petit, j’en ai ajouté d’autres écrites il y a des années de ça. Il s’agit d’un recueil de plusieurs histoires, présentant des mondes et des personnages différents, mais… on se rend vite compte que tout est lié, avec la présence systématique de l’hiver, et de corneilles… sans vouloir spoiler, je me suis aperçue, en écrivant ces histoires, que j’avais du mal à avoir plusieurs univers. Le recueil permet de les relier.

Quand as-tu commencé à écrire ? Qu’est-ce qui t’a donné envie de le faire ?
J’ai commencé à écrire alors que je devais avoir 12 ou 13 ans. J’ai toujours adoré écrire. Deux ou trois ans après, je commençais à dessiner. Je n’ai jamais pu privilégier l’une ou l’autre de ces disciplines, et c’est encore plus vrai maintenant, après être passée par plusieurs phases de remise en question. J’avais l’impression que je devais choisir. Avant que je commence à publier des illustrations de façon professionnelle, je voulais être reconnue comme étant illustratrice. Puis après, je voulais être reconnue en tant qu’auteur. Maintenant, je me dis que je suis l’un et l’autre.
Ce que je fais, en réalité, c’est raconter des histoires. Peu importe le moyen. Mes illustrations racontent toutes quelque chose, et quand je ne peux pas le faire en image, je le fais avec des mots. Pour cette raison, il y a par exemple une partie de mon boulot que personne ne connait, que je ne peux pas raconter avec des illustrations, et qui reste à écrire (un truc qui parle d’anges, de Dieu…).

Ce recueil est ton second livre en auto-édition. Pourquoi avoir choisi ce type de diffusion ?
Cela me permet de faire ce que je veux, comme je le veux. Le premier livre, Onirography, est un recueil d’illustrations, qui n’est en fait que le prolongement sur papier de ce que je publie sur mon site personnel. J’avais envie d’en faire un objet, quelque chose de concret que les gens pourraient avoir chez eux. Pour Le Rêve du Prunellier, c’est différent. Les recueils de nouvelles trouvent difficilement leur place dans des maisons d’édition, et je me suis dit que mes histoires pourraient être un peu trop ‘spéciales’ pour plaire. Je n’ai donc jamais proposé le recueil à des éditeurs, qu’on se le dise ! Je voulais également conserver tous mes droits sur ces histoires, surtout pour ‘D’hiver et d’ombres‘, dont les personnages me suivent depuis des années. Je voulais pouvoir me dire que le livre reste à moi, et à moi seule (j’ai eu une mauvaise expérience avec mon 1er livre jeunesse, Le chat qui avait peur des ombres, et j’ai pu retrouver mes droits. Ce fut comme une libération !), et que je pourrais, si je le veux, faire une suite, écrire d’autres nouvelles, faire autant d’illustrations que je veux, publier un artbook qui ne se vendra pas, même. Pour finir, je voulais tout simplement tenter l’expérience avec le numérique, voir comment on créé un ebook, comment on le vend… En résumé, rester seul maître à bord ! Avec tout de même l’aide de lecteurs, d’une amie correctrice, et de mon chéri, Xavier Collette, à la maquette, pour avoir un truc de qualité (sur la forme, je précise, le fond, ça reste à voir !).

Il sort en format numérique et format papier. Pourquoi ces choix de formats ? Y aura-t-il une différence entre les éditions ?
Comme je le disais plus haut, le numérique est une expérience. Je viens de m’y mettre d’ailleurs, avec ma liseuse toute neuve, je découvre. Le papier était obligatoire pour moi, car ça reste le plus important je trouve. Mais comme je passe par l’impression à la demande, ça coûte relativement cher. Le numérique permet d’avoir le livre à un prix moins élevé. De toutes façons, je pense clairement qu’il faut les deux formats, actuellement, pour contenter tout le monde. Quant à la différence entre le papier et le numérique… dans la version papier, il y aura une petite galerie d’illustrations, en noir et blanc, tirée de la nouvelle ‘D’hiver et d’ombres‘ (encore !). Galerie que l’on pourra voir en couleurs sur mon site.

Quels sont tes projets ?
Préparer le festival Trolls & Légendes, avec mon chéri, où nous aurons un stand, ainsi que l’exposition à laquelle nous participons. Puis préparer le deuxième volume du artbook Onirography. Il risque d’avoir un peu de retard, je n’ai pas suffisamment d’illustrations pour le remplir… Nous allons aussi commencer à penser à la suite du Chat qui avait peur des ombres, que l’on auto-publiera. Mais ça risque de prendre du temps, tout de même. J’ai encore dans les cartons des projets qui prendront la voie classique de l’édition : deux romans (le truc avec les anges, dont j’ai parlé plus haut), le 1er est écrit et est en lecture chez un ami éditeur ; un classique de la littérature française que je voudrais illustrer, mais pour ça, je dois encore bosser pour avoir le niveau requis ; et puis j’aimerais me mettre au scénario de bande-dessinée… avec mon chéri, encore une fois !

© Toutes les images Copyright Rozenn Illiano

Publié dans : Petites questions à
Mot(s) clé(s) : , .
Enregistrer : le permalien.

À propos de Laure

Passionnée par la Faërie et les légendes. Adepte des littératures de l'imaginaire.

Les fées vous recommandent

3 réponses à Petites questions à … Rozenn Illiano (2)

  1. Que d’évolution :) En tout cas, tu sembles avoir gagné en confiance même si tu ne le ressens pas : après Unseelie, tu développes quand même un recueil formats papier et numériques où tu gères tout et rien que pour ça, je suis admirative. Tu es un pack à toi toute seule :D Combien peuvent-ils se vanter d’avoir autant de compétences ?
    Quand je revois tes premières illustrations (ou du moins celles qui sont visibles), je trouve aussi qu’elles ont gagné en finesse et « doigté » également. Bravo !

  2. Rozenn

    Merci Acro !
    Je suis devenue avec le temps une touche-à-tout compulsive, et je suis incapable de ne rien faire, je dois être toujours occupée XD Quelquefois c’est usant, mais j’ai l’avantage de faire ce que je veux ^^
    J’ai encore posté d’autres illus, bien plus vieilles (eurk, quand je les vois, j’ai honte !), ça peut se voir ici : http://www.onirography.com/le-reve-du-prunellier/

    :)
    (et merci Laurinette !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

  • Tout le monde est fou

  • Dans le terrier du lapin

  • Otez votre chapeau