Nina Volkovitch, tome 1 : La lignée

Enfermée dans un orphelinat à Karakievo car ses parents sont considérés comme des « ennemis du peuple », la jeune Nina Volkovitch ne souhaite qu’une chose : s’échapper et retrouver sa mère prisonnière d’un goulag de Sibérie. Celle-ci a semé des indices afin d’aider l’adolescente dans sa tâche et lui révéler l’extraordinaire secret des Volkovitch, une illustre famille détenant de prodigieux pouvoirs. Dernier espoir face à un ennemi plus dangereux que la dictature soviétique, Nina se lance sur les traces du passé de ses ancêtres.

Ovni au milieu de la production ado actuelle, Nina Volkovitch est un roman passionnant mêlant Histoire et Fantastique. Art et Russie soviétique sont au centre de cette quête identitaire où une adolescente au physique maladif se lance sur les traces du passé de sa famille.

Cheveux courts, poupée à la main, Nina Volkovitch paraît avoir une douzaine d’années. Adolescente de quinze ans, elle se retrouve séparée de sa famille et enfermée dans un orphelinat. Entourée de jeunes filles de son âge, elle est censée devenir un membre du parti et apprendre un métier respectable. Intérieurement, la jeune fille bout. Elle est révoltée par la dictature et par l’envoi de ses parents dans un camp. Aidée d’alliés et d’objets magiques insoupçonnés, elle réussit à s’enfuir et se lance sur les routes de la Russie d’après guerre.

A ses côtés, le lecteur est plongé dans un monde totalitaire aux conditions de vie difficiles : faim et peur sont l’apanage quotidien des personnes que l’héroïne croise sur sa route. Carole Trébor décrit la société russe de l’époque, développant les notions difficiles dans un glossaire en fin d’ouvrage. Art russe et icônes religieuses sont également au centre des aventures de Nina Volkovitch.

Touchée par l’originalité et la qualité du texte, j’ai beaucoup aimé ce premier tome, intelligent et palpitant. Pour ne rien gâcher, la couverture du livre a été particulièrement soignée. Une série à suivre !

Nina Volkovitch, tome 1 : La lignée, Carole Trébor, Gulf Stream éditeur, 2012

Mot(s) clé(s) :