Never Sky, tome 1

Dans un futur lointain, les humains tentent de survivre sous les tempêtes incessantes d’éther. Tous ? Non, car dans les entrailles de la terre, une poignée d’hommes et de femmes résistent en se plongeant dans une réalité virtuelle attrayante. Aria est l’une de ces heureux élus. Ignorante du monde extérieur, elle le voit comme un lieu hostile peuplé de sauvages. Mais un complot à son encontre va la projeter au coeur de l’ « usine de la mort ».

Monde apocalyptique, gouvernement corrompu, ado qui  réalise qu’il y a quelque chose qui cloche dans le système et qui décide de mettre la vérité au grand jour. Voilà en gros ce qui vous attend dans ce premier tome de Never Sky. Et pour les plus fleurs bleues d’entre vous, oui, il y a une histoire d’amour qui tient une place importante dans le roman – mais pas de triangle amoureux pour l’instant, même si il y a du potentiel pour la suite de la trilogie.

Ce n’est pourtant pas de gaieté de coeur qu’Aria, notre héroïne, se retrouve à la surface. Bannie de l’univers protégé de Rêverie à cause d’une faute qu’elle n’a pas commise, elle se retrouve seule à l’extérieur. Ses chances de survie ? Nulles. Car oui, évidemment, ce n’est pas pour rien que le lieu a été surnommé l’ « usine de la mort » : difficile de se débrouiller quand on a été protégée toute sa vie dans un monde virtuel, que des orages électriques détruisent toute forme de vie sur leur passage, que l’air est irrespirable et qu’une tripotée de cannibales rodent. Heureusement, son chemin croise celui de Perry, un Sauvage du coin.

Les habitants de la surface sont regroupés en communautés, mais terres arides et climat difficile rendent la survie hasardeuse. Pour compenser, certains Sauvages possèdent des sens surdéveloppés bien pratiques quand il est question d’aller chasser ou de repousser une attaque de cannibales. Bien entendu, il n’y a aucun échange entre les Sauvages et les Sédentaires, ceux qui vivent en Rêverie, mais ces derniers sont néanmoins forts intéressés par la capacité de survie de leurs copains de l’extérieur, d’autant plus qu’une maladie sème la folie chez certains habitants. Résultat : ils enlèvent des enfants pour mener des expériences et le jeune neveu de Perry est évidemment du voyage. Une alliance se forme donc entre le beau sauvage et Aria afin de retrouver la mère de la jeune fille et libérer le neveu de Perry.

Never Sky est avant tout un roman divertissant. Quelques trucs originaux, même si on retrouve la trame classique d’un roman YA de dystopie. Ce n’est pas transcendant, mais on passe tout de même un bon moment.

Never Sky, tome 1, Veronica Rossi, éditions Nathan, 2012

Enregistrer : le permalien.

À propos de Laure

Bibliothécaire passionnée par les beaux livres et les belles images. Adepte des littératures de l'imaginaire et de la littérature jeunesse. Signe particulier ? Possède un chat garou et est secrètement amoureuse du Docteur et de Neil Gaiman.

Les fées vous recommandent

2 réponses à Never Sky, tome 1

  1. Je suis plus enthousiaste que toi, car j’ai su me laisser entraîner par l’histoire et les personnages, même si je suis assez d’accord avec ton avis!

  2. Diamond

    Je viens te souhaiter une bonne fin de semaine et un bon week-end. Encore merci pour toutes ces merveilleuses critiques de livres qui m’aident beaucoup dans mes choix littéraires. Gros bisous..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

  • Je suis plongée dans

  • Reine de coeur

    Sans commentaire
    ❤❤ Bof
    ❤❤❤ Sympa
    ❤❤❤❤ J’ai aimé
    ❤❤❤❤❤ J’ai adoré
    ❤❤❤❤❤❤ Coup de coeur

  • Tout le monde est fou

  • Dans le terrier du lapin

  • Otez votre chapeau