Les Radley

Bishopthorpe, une bourgade tranquille ? Les habitants de cette charmante ville anglaise ne pourraient que répondre favorablement à cette question. Qui se douterait en effet que parmi ses voisins se cache une famille de vampires ? Les Radley se comportent en effet en parfait citoyens et nul n’imaginerait leur fort attrait pour l’hémoglobine. Pour parfaire leur image, ils ont décidé de se désintoxiquer et de renoncer au liquide vermeil depuis une vingtaine d’années, mais les bonnes résolutions flanchent le jour où les ados de la famille découvrent leur véritable nature.

Située dans une ville à mi-chemin entre Wisteria Lane et la banlieue d’Edward aux mains d’argent, l’intrigue des Radley nous fait assister à la déchéance d’une famille qui se veut parfaitement intégrée et normale. Avec un chef de famille médecin et une mère  au foyer ayant tout de la parfaite Bree Van de Kamp, les enfants Radley sont la seule ombre au tableau – avec l’autre problème bénin d’être une famille de suceurs de sang. Rowan, l’aîné, est le souffre douleur du lycée et sa soeur Clara est une gamine mal dans sa peau qui a décidé de dire adieu à la viande. Les parents ont cru bon de cacher les antécédents familiaux à leur progéniture, mais tout dérape le soir où Clara craque et vide un camarade de classe de son sang. De ce meurtre découle l’hécatombe qui va s’abattre sur la famille.

Roman fantastique, roman policier, roman social. Matt Haig mélange allègrement les genres dans Les Radley. Le vampirisme n’est qu’un prétexte pour nous faire suivre les fresques familiales : problèmes de couple, relations parents – enfants et problèmes rencontrés par les deux adolescents Radley. Voyeur, le lecteur assiste à la destruction du cocon familial, à la destruction des valeurs des membres de la famille. La gamine végétarienne ne peut plus se passer de sang, l’ado non violent devient une boule de nerfs, le couple uni se désintègre … et ce n’est certainement pas la venue salvatrice de l’oncle des enfants qui arrange les choses. On lave le linge sale en famille, lecteur inclus.

Les Radley, Matt Haig, Le Livre de Poche, 2012

Enregistrer : le permalien.

À propos de Laure

Passionnée par la Faërie et les légendes. Adepte des littératures de l'imaginaire.

Les fées vous recommandent

4 réponses à Les Radley

  1. J’aime beaucoup cet petit aperçu de l’histoire et le rapprochement avec Edward et DH! Encore un livre qui s’ajoute à ma PAL :)

  2. Lou

    Hilde me l’a prêté et je l’ai lu pour le challenge, mon billet sera bientôt en ligne… super moment et une très agréable surprise, je n’aurais pas tenté sans les conseils de Hilde. Je ne savais pas qu’il était en poche mais je le recommande à ceux qui hésitaient à se le procurer en grand format :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

  • Tout le monde est fou

  • Dans le terrier du lapin

  • Otez votre chapeau