Les gentlemen de l’étrange

Londres, XIX ème siècle, ses rues brumeuses et ses énigmes. C’est dans la capitale britannique que nous croisons deux hommes étranges, avides de découvertes et de mystères insondables. Manfred Gladstone est psychiatre, spécialiste des tourments de l’âme humaine, de l’insanité et autres divagations. Son meilleur ami, Wolfgang Bloodpint est un aristocrate impulsif aux aptitudes étranges adepte de la télékinésie. Ensemble, ils aident Scotland Yard à résoudre les affaires insolubles, celles impliquant les pires créatures, les plus dangereux monstres sanguinaires, enchaînant à un rythme effréné aventures désopilantes, sombres ou malsaines.

J’aime beaucoup ce que fait Estelle Valls De Gomis. J’avais été séduite par son Lancelot ou le chevalier trouble et par ses nouvelles croisées ici ou , mais je n’avais jusqu’ici pas eu l’occasion de lire les gentlemen de l’étrange, initialement paru chez les défuntes éditions du Calepin Jaune. C’est à présent chose faite grâce à sa réédition chez les éditions Blackbook, nouvelle édition de poche de plus réécrite et enrichie d’un chapitre inédit par rapport à son édition grand format de 2007.

Gladstone et Bloodpint sont deux héros très touchants, attachants et sont accompagnés de mademoiselle Wilhelmine, gouvernante un peu sorcière et d’ Ernest, souriceau haut d’une cinquantaine de centimètres issu d’un monde parallèle féerique. Il est également amusant de croiser monsieur Bram Stoker au détour des pages, l’écrivain étant un grand ami du charismatique duo. Cette mixité de personnages et de personnalités permettent au lecteur de trouver dans l’intrigue un vrai meltin’ pot de sentiments et de réactions face au danger, de regards sur les évènements.

Je trouve l’écriture d’Estelle très agréable, très poétique. Elle transmet de la même façon humour et horreur, passant de la situation la plus cocasse à la pire monstruosité. Les différentes aventures se succèdent sous forme de nouvelles, dix chapitres indépendants des uns les autres. Ses histoires résonnent d’une note gothique angoissante à l’atmosphère rappelant celle des nouvelles d’Edgar Allan Poe et les rencontres les plus inimaginables se succèdent, menant le lecteur à la rencontre d’esprit-amant, de passe-muraille, de wendigo, de zombie ou de savant fou au cours d’enquêtes à la Sherlock Holmes ou d’aventures à la Jules Verne.

Les gentlemen de l’étrange, Estelle Valls De Gomis, éditions Blackbook, 2010

Enregistrer : le permalien.

À propos de Laure

Passionnée par la Faërie et les légendes. Adepte des littératures de l'imaginaire.

Les fées vous recommandent

9 réponses à Les gentlemen de l’étrange

  1. Merci pour cette chronique, encore un livre de plus dans ma LAL, depuis que je fréquente Livraddict je me noie dans les livres à découvrir LOL !

  2. Célie

    Tiens, ça me fait un peu penser à un mélange du film ‘La Ligue des Gentlemen Extraordinaires’ et du manga ‘Black Butler’.
    Des thèmes qui devraient me plaire ^^

  3. Waouw !! je vais le mettre de suite dans ma wish !!!!
    Je crois que j’ai trouvé l’un de mes cadeaux de noël !!!!!!!!!!

    Merci pour cette découverte ! ;)

  4. C’est exactement le style de livres qui me plait… Merci pour la découverte de cet auteure.. Je note cet ouvrage dans ma PAL!!

  5. Ping : Bilan, bilan, vous avez dit bilan ? | De l'autre côté du miroir

  6. Ping : Les gentlemen de l’étrange, tome 2 : Imago | De l'autre côté du miroir

  7. Ping : Absinthes & Démons | De l'autre côté du miroir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

  • Reine de coeur

    Sans commentaire
    ❤❤ Bof
    ❤❤❤ Sympa
    ❤❤❤❤ J’ai aimé
    ❤❤❤❤❤ J’ai adoré
    ❤❤❤❤❤❤ Coup de coeur

  • Tout le monde est fou

  • Dans le terrier du lapin

  • Otez votre chapeau