Le chemin d’ombres

Le Docteur Marion Darras est invitée à assister à une expérience inédite : lier entre eux les rêves de trois cobayes choisis parmi les patients des plus grands psychologues anglais. Brian, Sandy et Kenneth sont les heureux élus. Hommes et femme paumés et blessés par les malheurs de leur existence,  ils se plient aux exigences de l’équipe de scientifique sans se douter que leur moindre réaction est observée. Jour après jour, c’est le même manège qui s’installe. Reliés à une machine, ils dorment. Il rêvent. Jour après jour, les morts suspectes se multiplient. Rapidement, Marion Darras relie les dormeurs aux meurtres. Mais comment cela est-il possible alors que ceux-ci sont plongés dans un profond sommeil. Les rêves peuvent-ils agir sur la réalité ?

Huis-clos oppressant, le chemin d’ombres plonge le lecteur dans les profondeurs de la psyché humaine. La violence, tant physique que psychologique, est omniprésente dans le roman de Patrick Eris. Aux côtés des trois patients, on découvre des vies brisées, des vies mises entre parenthèses. L’expérience prend peu à peu le pas sur la réalité tandis que Brian, Sandy et Kenneth plongent dans le labyrinthe de leurs souvenirs.

Tout débute par une Angleterre terrassée par les émeutes et la violence. Il en faut peu pour que l’Outre-Manche soit plongée dans la guerre civile. Au milieu de ce tableau peu jouissif, Marion Darras essaie de faire son métier. Femme chétive, peu sûre d’elle. Femme sensible trop préoccupée par le bien être de ses patients. Beaucoup pensent d’ailleurs qu’elle n’est pas faite pour exercer la psychologie. Elle est pourtant invitée à rejoindre une expérience totalement inédite réalisée au milieu de la campagne anglaise loin des perturbations quotidiennes. Une fois sur place, elle reconnaît immédiatement les cobayes, hommes et femme qu’elle a suivi et dont elle connaît l’intimité. Alors que les autres scientifiques du groupe prennent à la rigolade cette pseudo plongée dans le rêve humain, elle va être révoltée par les conditions de l’expérience, sans toutefois manifester son trouble auprès de ses collègues. Elle seule va remarquer les étranges changements chez Brian, Sandy et Kenneth et se questionner sur ce qui se passe par-delà le mur du sommeil.

Le chemin d’ombres est étrange. Thriller fantastique, balade onirique, le lecteur est malmené tant dans la réalité que dans les rêves. Je n’ai pas vraiment accroché à ce roman aux protagonistes torturés, même si celui-ci est très bien construit. J’ai eu du mal à adhérer à l’ambiance, lourde et maladive. L’expérience ne m’a pas plus intéressée que ça, tout comme les différentes histoires des protagonistes. Il n’en reste pas moins que Marion Darras est une héroïne intéressante, femme déchirée entre ses idées et ses prérogatives professionnelles. Le chemin d’ombres est une curiosité à laquelle vous devriez accrocher si vous aimez les thrillers cauchemardesques.

Le chemin d’ombres, Patrick Eris, éditions Lokomodo, à paraître le 25 janvier 2013

Mot(s) clé(s) : , , , .
Enregistrer : le permalien.

À propos de Laure

Passionnée par la Faërie et les légendes. Adepte des littératures de l'imaginaire.

Les fées vous recommandent

Une réponse à Le chemin d’ombres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

  • Tout le monde est fou

  • Dans le terrier du lapin

  • Otez votre chapeau