La Roue des vents

Joachim Fend’lor est apprenti auprès de son oncle, homme  rossard et cruel. Il fixe des plaques de verre colorées sur la cathédrale Notre-Dame, immense  bâtisse dont la construction a commencé bien avant sa naissance. Concentré sur son ouvrage, il ne remarque pas l’ombre menaçante qui fonce sur lui … et se retrouve plusieurs mètres plus bas la jambe droite brisée et le dos en compote. Il est recueilli par Maître Gontran, le gardien de Clovis, affreux dragon qui chante très faux de son état qui lui propose de l’accompagner dans la quête des six graines, clés pour trouver et ouvrir la roue des vents.

Vincent Joubert signe ici une incroyable aventure, une épopée moyenâgeuse au bon goût de fantasy réunissant trois amis, trois compagnons combinant leur effort vers un seul but : celui de trouver les graines, sésame pour ouvrir la mythique Roue des vents, porte végétale ouvrant vers le sanctuaire des dragons. Evidemment, ce voyage est loin d’être de tout repos, les graines étant très rares, elles sont donc un met fort recherché et moultes créatures sont prêtes à risquer leur vie pour remporter le gros lot qui vaut son tas de piécettes. Nos trois courageux héros doivent donc affronter créatures terrifiantes et brutes assoiffées de sang au cours de leur long périple.

Si vous avez en tête l’ image majestueuse d’un dragon filiforme à la forme gracile volant majestueusement dans le ciel nocturne … oubliez ! Clovis est un dragon au mauvais caractère, un gros nounours à l’ allure de chien, lointain cousin de Fuchur, même si je doute fortement que notre ami soit un dragon porte-bonheur. Ses passions ? Chanter faux et rôtir les créatures tapies dans les buissons, même si vous l’avouerez, cette activité est fort pratique quand arrive l’heure du repas. Méfiez-vous, car on s’attache très vite à la bête …

La Roue des vents est une histoire magnifique qui devrait plaire autant aux grands qu’aux petits. Le livre en lui-même est un très bel objet, à commencer par la couverture incrustée de dorure où trône un médaillon de notre, dorénavant, dragon préféré. S’en suit une feuille de garde aux tons automnaux rappelant celles des vieux livres. J’ai trouvé que les pages de titres et de remerciements étaient particulièrement soignées, rappelant les premiers imprimés sortis de l’imprimerie. Le texte est agrémenté de lettrines et encadré par des illustrations en couleurs et des croquis, images donnant vie à l’incroyable atmosphère de cette histoire. Il est à noter que Vincent Joubert signe ici son premier livre, qui ma foi ouvre je l’espère les portes à une longue série d’ouvrages aussi merveilleux et réussis que celui-ci.

La Roue des vents, Vincent Joubert, éditions Ankama, à paraître le 10 novembre 2010

.

Toutes les images ©Copyright Vincent Joubert/ éditions Ankama

Enregistrer : le permalien.

À propos de Laure

Passionnée par la Faërie et les légendes. Adepte des littératures de l'imaginaire.

Les fées vous recommandent

5 réponses à La Roue des vents

  1. Ping : Tweets that mention La Roue des vents | De l'autre côté du miroir -- Topsy.com

  2. Ping : Petites questions à … Vincent Joubert (2) | De l'autre côté du miroir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

  • Tout le monde est fou

  • Dans le terrier du lapin

  • Otez votre chapeau