La Forêt évanouie

Sylf est un jeune garçon très proche de la nature, il aime se plonger au coeur de la forêt pour y jouer de la flûte. Après avoir jouer un air il s’endort doucement, apaisé et heureux. Mais à son réveil, la forêt a disparu ! Sylf part donc à sa recherche et rencontre en chemin un renard et un étourneau qui vont l’aider dans ses recherches …
Nous retrouvons ici le même duo que pour Eglantine sorti chez le même éditeur, c’est à dire Amandine Labarre aux illustrations et son frère Nicolas aux textes. Ils nous plongent au coeur d’une quête mystérieuse menée par un jeune garçon, Sylf. Une quête poétique qui nous transmet un message écologique, celui de la disparition des forêts.
C’est sous forme d’un récit fantastique, une aventure féerique baignée par l’univers d’ Amandine que nous partageons les recherches des trois amis. Les couleurs aquarellées teintées de jaune et de marron donnent un ton automnal aux illustrations d’ Amandine qui nous transmet dans cette histoire son amour de la nature et des légendes.

La Forêt évanouie, Amandine Labarre, Nicolas Labarre, éditions de Tournon-Carabas Jeunesse, 2010

Toutes les images ©Copyright Amandine Labarre/éditions de Tournon-Carabas Jeunesse

Enregistrer : le permalien.

À propos de Laure

Bibliothécaire passionnée par les beaux livres et les belles images. Adepte des littératures de l'imaginaire et de la littérature jeunesse. Signe particulier ? Possède un chat garou et est secrètement amoureuse du Docteur et de Neil Gaiman.

Les fées vous recommandent

4 réponses à La Forêt évanouie

  1. Ping : Tweets that mention La Forêt évanouie | De l'autre côté du miroir -- Topsy.com

  2. c’est très beau, fin, délicat, ça m’a l’air d’être très poétique, je note!

  3. Jaune un peu fané et terre de Sienne sont parmi les complémentaires favorites d’Amandine Labarre…

    Son travail est toujours aussi fin, original, exigeant, précis, poétique…

    L’histoire que conte son frère Nicolas me rappelle un peu l’esprit des deux romans (contes) « le Pays ou l’on n’arrive jamais » et « le Mont Damion » de l’Ardennais André Dhôtel… l’alliance étrange « de coeur » entre l’adolescence et la Nature sauvage… lorsque l’existence part « à l’aventure » et sans plus auncun souci du lendemain…

    A bientôt, Laure… et j’espère bien que tes pas te mèneront de temps à autre sur les sentes de mon p’tit site…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

  • Je suis plongée dans

  • Reine de coeur

    Sans commentaire
    ❤❤ Bof
    ❤❤❤ Sympa
    ❤❤❤❤ J’ai aimé
    ❤❤❤❤❤ J’ai adoré
    ❤❤❤❤❤❤ Coup de coeur

  • Tout le monde est fou

  • Dans le terrier du lapin

  • Otez votre chapeau