Dehors les chiens, les infidèles

1361. Depuis la défaite de Galaad face aux forces des Ténèbres advenue quatre-vingt ans auparavant le soleil n’a plus pointé son nez. Les ombres et l’obscurité ont recouvert le monde, plongeant les peuples dans une nuit éternelle sans fin. Un seul espoir : la Quête. Tous les cinq ans, cinq adolescents spécialement entraînés sont envoyés à la recherche de l’ Etoile du Matin, arme légendaire ayant appartenu à Galaad, seule chose capable de lever la malédiction sévissant sur le monde et de ramener la lumière du jour.

Maïa Mazaurette entraîne le lecteur dans une époque sombre et violente. Sombre, non seulement par son manque de lumière, mais également par les guerres de religion qui s’y déchaînent, conflits opposant les croyances Divines face aux adorateurs du Malin. Seulement, rien n’est tout blanc ou tout noir en ce monde : manipulations, réécritures de l’Histoire et autres faussetés ont été mis en place par le Pouvoir afin d’empêcher la redécouverte de l’Etoile du Matin. Même Galaad, le grand Défenseur des forces de lumière semblerait ne pas avoir été celui que tout le monde croit. Les cinq jeunes héros sont vite surpassés par la Quête: eux qui pensaient s’embarquer dans un combat propre et simple opposant le Bien contre le Mal désenchantent vite en découvrant que toutes les histoires qu’on leur a insufflés depuis leur enfance ne sont que mensonges et malformations des vrais évènements.

Bien que l’histoire ne commence que comme une simple quête initiatique où cinq jeunes gens, tel le véritable Galaad des légendes arthuriennes, partent à la recherche d’un objet Divin légendaire, elle se développe rapidement en guerre idéologique et politique où chaque protagoniste va devoir choisir son camp. Non seulement la question du Bien et du Mal, mais également choisir entre suivre sa famille ou ses amis, entre croire les mensonges ou rechercher la vérité.

L’écriture de Maïa Mazaurette est simple et fluide. Ses personnages sont complexes et attachants, différents par leurs idées et leur manière de concevoir leur croyance. Ainsi, nous passons de l’Inquisitrice fanatique voyant le Malin partout, au Prince mal dans sa peau cachant un lourd secret, à l’espion blasphémateur adepte de la torture physique. Leurs rôles, les relations qu’ils entretiennent et même leurs personnalités évoluent constamment: se sont de vraies personnes avec leur peur et leur faiblesse, leur amour et leur haine, leur réconciliation et leur trahison qui prennent vie sous nos yeux. Le développement de l’intrigue s’en trouve enrichi, plus poussé. Le lecteur, spectateur des errances de ces jeunes gens torturés, outils de plus grandes ambitions, ne peut s’empêcher de grincer des dents, d’être vraiment pris dans les méandres de cette violente histoire.

Dehors les chiens, les infidèles, Maïa Mazaurette, éditions Folio (SF), 2010

Mot(s) clé(s) : , .
Enregistrer : le permalien.

À propos de Laure

Passionnée par la Faërie et les légendes. Adepte des littératures de l'imaginaire.

Les fées vous recommandent

4 réponses à Dehors les chiens, les infidèles

  1. Ping : Tweets that mention Dehors les chiens, les infidèles | De l'autre côté du miroir -- Topsy.com

  2. Ahah, ravie que ça t’ait autant plu. Je te rejoins totalement dans chacun des points soulevés par ta critique :)

  3. Il m’a l’air plutôt attirant ce livre, je sens qu’il va rejoindre ma pile de « livres à acheter », elle devient monstrueuse celle ci :p

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

  • Tout le monde est fou

  • Dans le terrier du lapin

  • Otez votre chapeau