Comme des fantômes, histoires sauvées du feu

Le Roi est mort, vive le Roi ! proclamait-on après la mort et la nomination d’un nouveau monarque. Non pas que monsieur Colin soit de sang royal, mais je cherchais simplement une manière pas trop brutale de vous annoncer sa mort. Et oui, c’est triste, mais ce grand faiseur d’histoires s’est éteint en 2005, emporté par les flammes.

Ce recueil de nouvelles se veut hommage autant qu’étude: s’y succèdent textes et témoignages de personnes l’ayant côtoyé de son vivant, révélant au lecteur un auteur à la personnalité complexe et tourmentée.

Entre tragédie et humour noir, ses textes nous mènent à la rencontre d’un auteur torturé par ses créations, d’une Alice vieillissante et d’un chat souriant, d’enfants encrés dans la solitude et croulant sous la souffrance, d’une princesse fée utilisant le cinéma comme moyen de persuasion ou d’un Dionysos perdu à notre époque chez les mortels.

A ces nouvelles de merveilleux féerique et mythologique s’ajoutent des articles sur Tolkien, Grahame, Rackham et Venise, ainsi que des témoignages de David Calvo, Catherine Dufour, Johan Heliot et Xavier Mauméjean. Des photographies, reflets silencieux des mots de Fabrice, complètent le tableau de cet hommage particulier (photographies non présentes dans l’édition poche).

 

Dire que je n’ai pas aimé serait un grand mot. Dire que j’ai aimé le serait aussi.  Et c’est la fille qui se la joue tout le temps Big Fan de Colin qui vous le dit. Le procédé est en tous cas assez surprenant et original. C’est différent, voilà, c’est tout. Le fait qu’il mette en scène sa mort m’a un peu déstabilisée: c’est étrange, inattendu. Il devient un personnage à part entière, jouant un rôle comme les protagonistes de ses histoires.

Je n’avais encore lu aucune nouvelle de Colin, je ne connaissais que le romancier et le scénariste de bd. Colin nouvelliste est sympa et il pond de pures merveilles, mais quelques trucs un peu moins bien aussi. La plupart de ses histoires sont un pur régal à lire, tantôt émouvantes, tantôt audacieuses, tantôt noires, tantôt très drôles et c’est toujours aussi bien écrit. Bref, comme des fantômes est une curiosité à découvrir si vous ne craigniez pas les fougues d’une auteur mort.

Comme des fantômes, histoires sauvées du feu, Fabrice Colin, éditions Les moutons électriques, 2008

Note: Comme des fantômes vient de paraître en poche chez Gallimard Folio SF

Enregistrer : le permalien.

À propos de Laure

Passionnée par la Faërie et les légendes. Adepte des littératures de l'imaginaire.

Les fées vous recommandent

5 réponses à Comme des fantômes, histoires sauvées du feu

  1. Je l’ai vu hier soir en part’ et j’ai postulé parce que ce recueil a l’air super original! Ce que tu en dit me conforte dans mon envie de la lire. De toute façon dans un recueil de nouvelles, ce n’est jamais du 100% gagnant!

  2. Je l’ai lu il y a très longtemps (je me suis jetée dessus à sa sortie grand format tellement j’adorais la couverture), c’est marrant parce que je me rappelle assez peu des nouvelles (en même temps je suis pas une grande Colin-addict xD), par contre la mise en scène du recueil est juste extraordinaire !

  3. Il se peut que je le lise bientôt. Ce sera mon premier Colin, très envie de découvrir cet auteur mais un peu refroidie par ta chronique du coup.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

  • Reine de coeur

    Sans commentaire
    ❤❤ Bof
    ❤❤❤ Sympa
    ❤❤❤❤ J’ai aimé
    ❤❤❤❤❤ J’ai adoré
    ❤❤❤❤❤❤ Coup de coeur

  • Tout le monde est fou

  • Dans le terrier du lapin

  • Otez votre chapeau