BZRK, tome 1

Quand on débute la lecture de BZRK, on est un peu comme nos deux héros, complètement paumé. D’un côté, on se retrouve à assister à une scène dans un asile, de l’autre au crash d’un avion sur un stade plein à craqué, deux scènes brutes de décoffrage où l’auteur ne nous épargne aucun détail. Avec le recul, on se rend compte que Michael Grant nous plonge direct dans le bain de ce qui peut arriver de pire à cause de la nano-technologie : devenir fou à lié ou totalement contrôler l’esprit des humains. Cette introduction permet aussi de faire la connaissance des deux héros de cette trilogie, Noah et Sadie.

Noah et Sadie, c’est le jour et la nuit. L’un vient d’une banlieue pauvre de Londres, l’autre est la riche héritière d’une grande entreprise. Deux mondes lointains, mais tous les deux  se retrouvent réunis dans la douleur : l’un a vu son frère touché de plein fouet par la folie, l’autre a assisté à la mort de son père et de son frère dans le crash de l’avion. Les deux adolescents vont rejoindre le projet BZRK – abréviation de Berzerk, fou furieux- où ils vont plonger de pleins pieds dans un monde inimaginable où la folie prime sur la raison.

Le projet BZRK, c’est une poignée de personnes capables d’utiliser les nanobots, minuscules robots insectoïdes qui se faufilent ni vu, ni connu dans le corps humain afin d’en prendre le contrôle. Toutefois, la balade dans la « viande » – terme poétique qui désigne le corps humain – n’est jamais une partie de plaisir : le moindre incident peut faire totalement perdre la raison à celui qui contrôle la créature mécanique. Et des dangers, il y en a, puisque la principale mission de BZRK est de déjouer les plans d’un groupe concurrent, capable lui aussi de contrôler les bêbêtes. Evidemment, ces hommes ont un plan méphistophélique et ne veulent ni plus ni moins que prendre le contrôle des principaux dirigeants mondiaux afin d’asservir les différentes nations. Charge aux membres de BZRK de les arrêter.

Ce livre est un feu d’artifice. Vraiment. Super original, poignant, intelligent. J’ai été bluffée par cet univers très particulier où peur et violence sont omniprésentes ; violence dans la guerre invisible à laquelle ont pris part les jeunes héros, violence dans les sentiments torturés et les motivations des différents protagonistes. Donc voilà, je le dis rarement, mais ce livre est un véritable coup de coeur. J’irais même plus loin en disant que c’est l’un des meilleurs livres ados que j’ai eu l’occasion de lire ces derniers temps. Maintenant vous pouvez courir aller le lire – et moi je vais me plonger dans les autres romans de Michael Grant, parce que s’ils sont tous comme ça, j’en redemande.

BZRK, tome 1, Michael Grant, éditions Gallimard Jeunesse, 2012

Enregistrer : le permalien.

À propos de Laure

Passionnée par la Faërie et les légendes. Adepte des littératures de l'imaginaire.

Les fées vous recommandent

5 réponses à BZRK, tome 1

  1. Comme toi, c’est un des meilleurs livres jeunesses lu dernièrement, jusqu’à présent j’en venais à croire que je n’étais plus dans le public de ce genre là, mais en fait si, faut juste que l’histoire est de la consistance :)

  2. Excellent, c’est le genre d’histoire que j’adore et à côté de laquelle j’aurais été trop frustré de passer! Je vais me le procurer cette semaine :D
    Merci pour cette bien chouette chronique!!

  3. Personnellement, je n’ai pas été conquise par ce livre, c’est même plutôt une décéption.
    En revanche, j’aime beaucoup ta chronique, tu écris vraiment bien. :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

  • Tout le monde est fou

  • Dans le terrier du lapin

  • Otez votre chapeau